Culture

Raja Ben Slama: Un milliard et demi sont dépensés pour l'ouverture d'un festival tandis que la Bibliothèque Nationale peine à trouver 500 mille dinars pour restaurer le patrimoine national

aujourd’hui sur la numérisation du patrimoine et fait de grands efforts dans ce sens malgré quelques difficultés, dont le plus important est le budget.
Le Directeur général de la Bibliothèque nationale a confirmé que le budget alloué au patrimoine est de l’ordre de 17% du budget du Ministère de la culture, que la part du patrimoine est faible dans la gestion et qu’il y a une grande tendance pour le financement des festivals. La Bibliothèque nationale pour sa part ne trouve pas 500 mille dinars pour prendre soin de la restauration du patrimoine tandis qu’un milliard et demi sont dépensés dans l’ouverture d’un festival. Elle a aussi ajouté qu’il est nécessaire aujourd’hui de soutenir la formation et l’orientation dans l’aspect culturel intellectuel et d’investir dans l’avenir.
Ben Slama a ajouté que la culture démocratique n’est toujours pas ancrée dans le pays et au sein des partis, et que le pays commençait à peine à instaurer une culture démocratique qu’apparaissait une culture fondamentaliste qui a ses plates-formes locales et internationales, ainsi que ses plates-formes médiatiques et ses acolytes dans l’État et ses organes. Elle a aussi exprimé son regret de voir que les plates-formes médiatiques quant à elles ne sont pas ouvertes aux élites culturelles et philosophiques du pays car la pensée critique change l’être humain, et a encouragé l’expérience de Radio Nazaha qui a ouvert ses portes aux intellectuels dans ce contexte.
Elle a aussi déclaré que la Tunisie souffre d’une crise de production intellectuelle avec des thèses qui restent sur les rangs sans publication en plus du manque d’intérêt accordé aux jeunes et aux adolescents avec lesquels elle considère qu’il faut parler avec un langage qui leur est adéquat. Mme Slama a ensuite alerté sur la perte de confiance devenue visible à travers l’abstention des citoyens lors des élections, bien que le pays regorge d’experts et de compétences, mais la réalité confirme la distance qu’il a pris avec la vie politique ce qui a ouvert la porte à l’argent politique corrompu et aux partis adoptant une démocratie infectée avec l’argent corrompu et qui ont une présence au parlement donc une pression sur le législateur. D’autre part, les forces vives et démocratiques sont présentes et actives aujourd’hui, ainsi que les énergies créatives et innovatrices de la Tunisie, ce qui ouvre la porte à l’espoir, d’après elle.
Raja Ben Slama a souligné que le secteur de la culture en Tunisie a été fait de sorte à être subventionné par l’État mais l’État ne peut être le producteur du contenu culturel. Elle a ensuite expliqué que depuis 2011, elle écrivait par peur pour le futur du pays et qu’elle attaquait les partis qu’elle considérait comme dangereux pour le pays, mais ces sentiments se sont maintenant calmés et c’est le système de législation régit par de nouvelles lois qui doit maintenir la stabilité générale dans le pays, et que les crises et les tribulations que connait le pays permettent la création d’une nouvelle force permettant le progrès et éviter le retour vers le passé, ajoutant que le débat politique n’est pas inquiétant. La peur et les menaces pour la sécurité du pays résident dans la non-application de la loi et l’existence de forces et de lobbies ayant des intérêts qui échappent à toute punition et qui se sont imposés par l’infiltration d’alliés dans tous les domaines, secteurs et organes de l’État.

Partager :

تعليقات

Ajouter un commentaire

Articles similaires

La commémoration de la Nakba Palestinienne : 72 ans de combat et de lutte menés par le peuple palestinien

La commémoration de la Nakba Palestinienne : 72 ans de combat et de lutte menés par le peuple palestinien

Le peuple palestinien partout dans le monde a commémoré, aujourd’hui,...

À l'occasion de la célébration de la Journée internationale des peuples autochtones : Mme la Ministre de la Culture visite Kesra et Makthar

À l'occasion de la célébration de la Journée internationale des peuples autochtones : Mme la Ministre de la Culture visite Kesra et Makthar

À l'occasion de la célébration de la Journée internationale des peuples autochtones sous le titre « Localités à travers ...

Le Syndicat national indépendant des professionnels des arts dramatiques dénonce l'annulation des festivals et appelle à un sit-in

Le Syndicat national indépendant des professionnels des arts dramatiques dénonce l'annulation des festivals et appelle à un sit-in

Le Syndicat national indépendant des professionnels des arts dramatiques a dénoncé l'annulation de plusieurs festivals d...

Projet d'appui aux instances indépendantes en Tunisie

Ce site Web a été produit avec le soutien financier de l'Union européenne et du Conseil de l'Europe. Son contenu relève de la seule responsabilité de l'Instance Nationale de lutte contre la corruption et ne reflète pas nécessairement les opinions des deux organisations.